Le journal alimentaire et l’alimentation anti-inflammatoire

Quésako ???

Le journal alimentaire consiste à noter tout ce que l’on mange de façon la plus détaillée possible.

Et là, vous demandez l’intérêt de la chose….

Comme la plupart des femmes (et jeunes filles) atteintes d’endométriose j’ai des troubles digestifs. Ils se sont accrus depuis que je suis suivie pour l’endométriose. Du moins, depuis que je suis plus au fait de la maladie. Pour ma part j’ai eu l’effet kiss cool de la prise en charge : j’ai pris du poids, je suis devenue bouffi, hypersensible et cerise sur le gâteau je ne supporte plus des groupes d’aliments de façon arbitraire.

Après avoir cherché pendant des semaines sur les façons à améliorer ma vie malgré l’endométriose j’ai relevé un point qui revenait sans cesse : l’alimentation.

Une des conséquences de la maladie est l’inflammation chronique de notre corps. Cela se traduit par des douleurs et de la fatigue chronique. De la présence d’eczéma, des plaques sur la peau…… J’arrête de noircir le tableau hein ^^.

Une alimentation anti – inflammatoire correspond à un régime particulier. Je suis celui du régime Seignalet.

Petite parenthèse sur le régime Seignalet :

Le régime Seignalet est un régime hypo-toxique qui consiste à éliminer des aliments précis. Il peut paraitre contraignant mais entre être malade et manger tout ce qu’on veut…. J’ai choisi !
Concrètement :
– On supprime les laits d’origine animal
– On supprime les céréales contenant du gluten ou ses dérivés (seigle, blé, avoine, orge, kamut,épeautre). Attention dans le régime Seignalet le maïs est exclu. Les dérivés de ces céréales sont à exclure.
– On arrête de cramer, de faire frire la nourriture. En effet pour conserver au maximum les nutriments et les vitamines il faut tout cuire à 110 degrès celsius. Au-delà de cette température les éléments dégagés par la cuisson ne seraient pas assimilable par notre organisme.
– On privilégie les huiles issues d’une première pression à froid et bio de préférence (coco, olive..)
– On mange bio. Le bio n’est pas forcément hors de prix quand il s’agit de légumes et de fruits. Il faut se renseigner auprès des coopératives et des AMAP près de chez vous. Pour ma part j’achète ce qui est en agriculture raisonnée. C’est déjà ça !
– On oublie l’apéro : pas d’alcool, de charcutaille, de boissons sucrées etc (fini les curlys !!!)

Revenons au journal alimentaire. J’ai décidé de noter tout ce que je mange non seulement pour l’aspect diététique mais pour savoir si où j’en étais. D’ailleurs, je notais mes jours de règles, de douleurs ou « les jours sans » tout simplement.

Avec cette expérience je me suis rendue compte que je consommais une quantité phénoménale de produits laitiers (donc de la caséine et du lactose pro inflammatoires), de gluten (pro inflammatoire), de produits industriels riches en sucre et sel cachés.

En gros ce n’était pas glorieux du tout lol ! Pas de panique ! J’ai décidé de poursuivre mon expérience car j’étais sur la réserve sur l’efficacité de ce régime sur les douleurs et la fatigue chronique.
J’ai décidé de manger sans produits laitiers, sans gluten, sans sucres (les pâtisseries maison et/ou industriels) et uniquement fait maison le plus longtemps possible. J’ai perdu 2 kg et j’ai complètement désenflée !! J’avais une forme d’enfer mais par contre hyper constipée car trop de fibres d’un coup !

Grâce au journal alimentaire j’ai pu définir mon seuil de tolérance. C’est ainsi que j’ai compris que je pouvais consommer du pain complet au levain. Exit le pain blanc !!. Pour les produits laitiers je tolère bien les produits à base de lait de chèvre mais je dois quand même les éviter sous peine d’avoir des crises digestives.

La dernière étape pour moi est de supprimer le sucre raffiné. Je suis en train de tester le sucre de coco, l’agave au quotidien. Je suis une accro du sucre. C’est un aliment doudou pour moi.

Je continue ma démarche en me renseignant sur les médecines alternatives. J’espère maintenir l’équilibre que j’ai obtenu J. Lors de ma stimulation ovarienne j’ai pu constater qu’une alimentation la plus saine possible m’avais permis de supporter les hormones et de prendre que 3 kg (oui que 3 parce qu’en général chez moi c’est plutôt violent.

D’ailleurs cela fait entre 6 mois et 1 an que je fais ce régime, avec quelques écarts n’étant pas infaillible. Je poursuis mon suivi de l’endométriose par une équipe de médecins compétents. L’endométriose est incroyablement stable depuis bientôt deux ans. Je n’ai pas de douleurs lors des règles et depuis que je surveille mon assiette le SPM se présente de moins en moins souvent. Autre chose, avec les traitements je perdais des touffes entières de cheveux. Les soins ont porté leurs fruits en limitant la casse mais depuis que je pratique l’alimentation hypo-toxique j’ai une pousse impressionnante et beaucoup moins de casse !

Si vous êtes tenté par cette hygiène de vie, n’ayez pas peur, c’est du bon sens d’éviter le gras, le sucre et la junk food. Puis il faut y aller petit à petit.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s